Film

Mica.jpg

February 25, 2019by fespaco

La 19 ème édition du Marché International du Cinéma Africain (MICA) a ouvert ses portes ce dimanche
24 février 2019. La cérémonie d’ouverture a été faite par le ministre du commerce, Arouna KABORE suivie de la Conférence inaugurale.

Créé en 1983, le Marché International du Cinéma Africain et de la Télévision (MICA) est devenu un rendez-vous incontournable.
A l’occasion du cinquantenaire de la biennale du cinéma africain, le ministère du commerce a respecté la tradition. La tenue dudit marché vise à offrir un cadre propice pour la promotion des œuvres des professionnels du cinéma et de l’audiovisuel.

Né de la volonté des professionnels, pour cette 19 ème édition du marché du cinéma africain, le MICA a un caractère particulier, comme l’explique le ministre du commerce Harouna KABORE: « la présente édition du MICA revêt un caractère particulier en ce sens qu’il a lieu pendant un FESPACO qui célèbre ses cinquante ans d’existence avec pour thème, confronter notre mémoire et forger l’avenir d’un cinéma panafricain dans son essence, son économie et sa diversité ».

Pour le ministre Harouna KABORE, le thème induit le fait que le futur se prépare dans le présent en se basant sur le passé. Il a par ailleurs salué le leadership du MICA à travers l’Afrique.

« L’organisation d’un tel marché n’est certes pas une tâche aisée car les défis à relever sont nombreux. Mais le MICA est pleinement conscient et s’engage à satisfaire au mieux les attentes des festivaliers », a déclaré la Directrice du MICA Suzanne KOUROUMA.
L’objectif visé par le Marché est de donner à chaque festivalier, l’occasion de faire de bonnes affaires. Une visite des stands avec le Ministre du  Commerce,  accompagné du Ministre Camerounais de la Culture , le Ministre de la Culture du Burkina, a également ponctué cette cérémonie de lancement.


Chine.jpg

February 23, 2019by fespaco

Ce vendredi 22 février 2019, à moins de 24heures de l’ouverture officielle de la 26ème édition du Festival panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (FESPACO), la République populaire de Chine a convié le public ouagalais  au Centre National des Arts du Spectacle et de l’Audiovisuel (CENASA) pour la projection d’un film qui a pour titre « Kung Fu Yoga ».

La délégation chinoise présente à Ouagadougou pour la célébration du cinquantenaire du Fespaco, a ouvert le bal des projections de films. Elle a présenté au public un film d’aventure de 107 minutes, une co-production sino-indienne. La soirée a connu la présence de personnalités comme le producteur du film, l’Ambassadeur de la République populaire de Chine au Burkina Faso, le représentant du Ministre burkinabè en charge de la culture.

Avant la projection proprement dite, ces personnalités ont tour à tour salué la tenue du cinquantenaire du FESPACO qui se déroulera du 23 février au 2 mars prochain. Au-delà de la fête du cinéma, la présence de la Chine à ce Festival s’explique selon le producteur, Jian Shen et l’Ambassadeur de la Chine au Burkina, Jian Li, par son projet de production de films Sino-africains à partir du Burkina Faso et cela, en marge du Fespaco.

Une nouvelle bien accueillie par le représentant du Ministre de la Culture, Dramane Konaté, qui leur a promis l’accompagnement de l’Etat burkinabè dans le sens de l’atteinte de cet objectif.



colloque.jpg

February 21, 2019by fespaco

Les œuvres du cinéaste panafricain Idrissa OUEDRAOGO sont revisitées au cours d’un colloque international à Ouagadougou. La cérémonie d’ouverture est intervenue ce jeudi 21 février 2019 à l’Université Ouaga I Pr Joseph Ki-Zerbo.

Organisé par la communauté scientifique à travers le laboratoire Langue, Discours et Pratiques Artistiques (LADIPA), en hommage à Idrissa Ouédraogo, le présent colloque ambitionne apporter une contribution aux réflexions sur le devenir du cinéma africain. Il se tient sous le thème : « l’homme et ses œuvres ».

« Je trouve que c’est une bonne chose et j’apprécie ce colloque dans ma douleur et dans ma peine interminable », a commenté la veuve Sanata OUEDRAOGO.

Tout en reconnaissant l’apport conséquent du cinéma à la société sous sa forme « épiphanique », les organisateurs vont examiner la filmographie de l’illustre disparu.

Décédé le 18 février 2018, Idrissa OUEDRAOGO a beaucoup apporté au cinéma burkinabè et africain. Le ministre de la culture, des arts et du tourisme, Abdoul Karim SANGO a reconnu le mérite du cinéaste en ces termes : « L’illustre disparu comme vous le savez a consacré une bonne partie de sa filmographie à la valorisation de l’identité culturelle africaine ».  

Pour pouvoir permettre une bonne participation du cinéma à la vie sociétale, le ministre préconise la mise en place d’un pont entre les universitaires et le secteur du Cinéma. « C’est par la réflexion des universitaires que le cinéma va porter les espoirs de demain », explique Abdoul Karim SANGO.

Du 21 au 23 février, des universitaires venus d’Europe et d’Afrique vont donner des communications, et passeront en revue les œuvres de l’une des icônes du cinéma africain, Idrissa OUEDRAOGO.

Cet  évènement scientifique est une contribution de la communauté universitaire à la célébration du cinquantenaire du FESPACO. 

L’activité est placée sous le patronage du ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’innovation, le Professeur Alkassoum Maiga et le parrainage du Ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Karim Abdoul SANGO.


51163623_2382238551809196_8097198192703045632_n.png

February 11, 2019by fespaco

Le FESPACO est né en 1969 dans la ville de Ouagadougou, capitale de la Haute-Volta devenue Burkina Faso depuis 1984. Autrefois capitale de l’Empire Mossi, Ouagadougou s’est transformée au fil des siècles en une mégalopole cosmopolite, riche d’un dynamisme et d’une créativité qui font aujourd’hui son charme et sa notoriété. Ouagadougou est le lieu de mémoire par excellence du cinéma africain. C’est à ce titre qu’elle est la seule ville au monde qui possède une place des cinéastes sur laquelle se déroule à chaque édition du festival une cérémonie à la mémoire des cinéastes disparus, cérémonie qui rassemble les professionnels et festivaliers venus des quatre coins du monde. De cette place part l’avenue des cinéastes dont la première statue est celle du célèbre réalisateur sénégalais Sembene Ousmane.

Pour lire la suite: 

Télécharger 




FESPACO

01 BP 2505 Ouagadougou 01
Burkina Faso

+226 25 30 83 70 / 71

info@fespaco.bf