Acteurs

cedeao-1.jpg

mars 2, 2019by oscar

Le Président de la commission de la CEDEAO a rendu ce samedi 2 mars 2019 une visite au Délégué Général du FESPACO. L’objectif de cette visite était de réaffirmer le soutien de la structure sous régionale à la biennale du cinéma africain.

«Nous sommes ici au FESPACO pour marquer notre soutien à un rendez-vous qui a aujourd’hui, une notoriété au niveau international. Le FESPACO est sur tous les radars et sur tous les calendriers. Il était important pour nous de venir et de participera ce cinquantenaire du FESPACO», a déclaré le président de la commission de la CEDEAO, Jean-Claude Kassi BROU.

En rapport avec les prix spéciaux que la CEDEAO décerne à cette 26 ème édition du FESPACO, le Président de la commission a rappelé que c’est une volonté des chefs d’états d’accompagner la culture et particulièrement cette fête du cinéma.

A la suite de son audience avec le Délégué Général du FESPACO, monsieur Ardiouma SOMA,  le Président de la commission de la CEDEAO a effectué une  visite des stands d’exposition notamment celui de la CEDEAO où il s’est entretenu avec des jeunes sur des questions relatives au fonctionnement de la structure et ses missions.


espace-enfant2.jpg

mars 2, 2019by oscar

Films de sensibilisation, dessins animés, voilà ce qui a meublé l’espace enfants du festival du 25 février au 1er mars 2019.  Entre 5000 et 7000 enfants ont pu visionner une quarantaine de films dans le cadre de cette 26ème édition du FESPACO, édition cinquantenaire.

Les écoles participantes sont reparties avec des attestations

Des bus ont été mises à la disposition du comité d’organisation de l’espace enfants pour convoyer les élèves des établissements scolaires de la ville de Ouagadougou au palais de la jeunesse et de la culture Jean-Pierre GUINGANE.

Delphine Yerbanga

Pour ces 05 jours de projection, la présidente de la commission espace enfants, Delphine Yerbanga dit être satisfaite de la mobilisation des écoles: « Le bilan est très positif, parce que depuis lundi 25 février 2019 que nous avons démarré nos activités, nous avons pu recevoir des enfants venant de 20 établissements de Ouagadougou et des localités environnantes telles Loumbila, Ziniaré, Kamboinsin. Nous avons également tenu des projections hors du site Jean-Pierre GUINGANE, c’était sur le terrain Dabo Boukary de l’université de Ouagadougou, Saint Viateur, Kolgnaaba… ».

Dans la partie pédagogique, le ciné-club « Kadi Jolie » de Ziniaré a apporté son expertise avec Karim Sawadogo : « c’est un peu parlé de tous les métiers du cinéma à ces enfants qui voient des acteurs, des images et qui ne savent pas comment on en arrive là. Alors nous répondons aux questions de ces jeunes, qui se posent des questions comment intégrer ce milieu. »

Par rapport à la participation des enfants à l’animation du débat avec les réalisateurs, la présidente de la commission estime que les enfants ont été très curieux avec de belles questions : « La curiosité était au rendez-vous. Les réalisateurs à la fin de chaque projection, discutaient avec les enfants qui leur posaient des questions qui étaient très pertinentes. Ils étaient souvent étonnés de la pertinence des questions des enfants et il parait qu’une parente d’élève a même larmoyé dans la salle à cause de la pertinence d’une question. J’avoue que les enfants sont intelligents et éveillés».

Les portes de la 16ème édition de l’espace enfants se sont refermées ce vendredi 1er mars 2019 avec des remises d’attestations de participation aux établissements scolaires qui ont contribué à l’animation de l’espace. Rendez-vous a été pris à la 17ème édition de l’espace au FESPACO 2021.


Starplace.jpg

mars 2, 2019by oscar

Dans le cadre du cinquantenaire de la biennale du cinéma africain, YULCOM technologies Canada en partenariat avec le FESPACO a ouvert un incubateur d’entreprises de jeux vidéo et de cinéma 2D et 3D dénommé “Starplace”. La cérémonie de lancement est intervenue ce vendredi 1er mars 2019 à Ouagadougou.

« Notre idée de créer une entreprise de jeux vidéo et d’intelligence artificielle s’explique par le fait que nous voulions offrir des espaces et des outils aux jeunes créateurs. Aussi, nous voulons combler une exigence qui est de définir la culture africaine à l’ère du numérique » explique Youmani Jérôme Lankoandé, le Président directeur général de YUCOM technologies Canada.

 La création de cet espace, Starplace, vise alors à favoriser entrepreneuriat et l’innovation dans les industries du cinéma 2D et 3D, des jeux vidéo, de la créativité virtuelle et de l’intelligence artificielle. Ainsi est né un espace de création, d’échanges et de rencontre pour les jeunes.

Cette initiative a été appréciée par le Ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme Abdoul Karim SANGO àen l’initiateur un modèle de jeune à prendre comme exemple.

Cette cérémonie a été l’occasion pour les organisateurs de remettre des prix aux gagnants du concours d’entreprenariat organisé par YULCOM. Des conventions ont été également signé entre le FESPACO et la structure YULCOM technologies et entre YULCOM technologies et l’Agence de Formation et de Promotion des Petites et Moyennes Entreprises.

 Le lancement de cet incubateur a été fait en présence d’autres personnalités, le Ministre du Commerce, Harouna KABORE et du cinquième vice-président de l’Assemblée Nationale, le député Abdoulaye MOSSE.


royal5.jpg

mars 1, 2019by oscar

Le Directeur de Royal Air Maroc a donné un dîner à l’honneur des  excellents rapports qui existent entre sa compagnie et le FESPACO. Ce dîner a eu lieu le jeudi 28 février 2019 en présence du Ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme et des membres de la Délégation du FESPACO.

« Nous sommes très honorer de célébrer le cinéma africain avec le FESPACO. Je félicite le FESPACO et toutes les autres structures pour leurs efforts pour le rayonnement de la culture africaine », a dit le Directeur de la communication extérieure de Royal Air Maroc, Abdel Hakim CHALLOT.

Depuis trois éditions maintenant, la compagnie de transport accompagne le festival dans le transport des invités et des festivaliers. Et pour le Directeur de la communication de Royal Air Maroc, cet accompagnement rentre en droite ligne avec la philosophie de la compagnie.

« Ce partenariat symbolise la philosophie de Royal Air Maroc en tant que compagnie profondément africaine qui milite pour le rayonnement de la culture », dit-il. Il a laissé aussi entendre que c’est donc fort convaincu de la nécessité et de l’importance de ce partenariat que la compagnie aérienne accompagne et continuera d’accompagner le FESPACO.

Comme tout partenariat a ses acquis et ses manquements, le délégué général du FESPACO Ardiouma SOMA a invité la compagnie au dialogue afin de parfaire ce rapport gagnant-gagnant.


deco.jpg

mars 1, 2019by oscar

Le FESPACO, c’est aussi sa traditionnelle cérémonie de décoration Et pour son cinquantenaire, le FESPACO a respecté la tradition. Plus d’une centaine de cinéaste, comédiens, réalisateurs, producteurs, personnel administratifs ont vu leurs efforts reconnus ce jeudi 28 février 2019.

Une cérémonie digne de ce nom a marqué cette matinée de jeudi 28 février 2019 au siège du FESPACO. Les acteurs du monde culturel voient ce jour, leurs efforts pour le rayonnement de la culture burkinabè et africaine reconnus par toute la nation.

Outre, les acteurs du privé, des membres du personnel administratifs  ont aussi vu les efforts récompensés. Ils ont été élevés au rang de chevalier et officiers de l’ordre du mérite.


prix-thomas.jpg

février 28, 2019by oscar

Le prix spécial Thomas SANKARA sera décerné le 1 er mars 2019 au cours de la nuit des courts métrages au FESPACO. L’annonce de la nouvelle a été faite par la Guilde Africaine des Réalisateurs et Producteurs, ce mercredi 27 février 2019 à Ouagadougou.

Instauré en 2015, le « Prix Thomas SANKARA » vise à récompenser le meilleur film en compétition dans la catégorie court métrage. Il ambitionne honorer la mémoire du  leader de la révolution et a été initié par la Guilde Africaine des Réalisateurs et Producteurs.

« Nous ne cherchons pas un film révolutionnaire. La révolution, c’est d’abord bien faire les choses. C’est le vrai sens d’une révolution. Nous cherchons un excellent film, comme Thomas SANKARA. Un film qui est bien fait dans le fond, dans le jeu d’acteur, globalement dans sa mise en scène et qui porte un regard humaniste sur le monde », a expliqué Balufu BAKUPA-KANYINDA, le président de la Guilde.

D’une valeur de trois millions de franc CFA, le prix “Thomas SANKARA” bénéficie de l’accompagnement du groupe Canal +. Un des 26 films court métrage en compétition au FESPACO repartira avec le prix « Thomas SANKARA». Rendez-vous est alors donné pour le 1er mars 2019 à la salle Canal Olympia Ouaga2000.


prix-mi.jpg

février 27, 2019by oscar

FESPACO 2019 : Le prix Miriam Makeba décerné au FESPACO

Le jury du prix Miriam Makeba a décidé de le décerner  pour la première fois au FESPACO. La cérémonie de remise du prix est intervenue ce mercredi 27 février 2019 à Ouagadougou.

« Nous avons décerné ce prix au FESPACO pour les efforts dans le rayonnement de la culture africaine », a déclaré l’ambassadeur de l’Algérie au Burkina Faso, Mohamed AINSEUR. Dénommé Prix International de la Créativité, il a une valeur de 100 000 dollars.

Exceptionnellement pour cette première édition, les donateurs ont décidé de n’attribuer que 80.000 dollars au FESPACO et de reverser le reste à la fondation Miriam Makeba. Le présent prix vise à encourager les efforts dans le sens de la promotion culturelle.

Le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Abdoul Karim Sango, a salué les efforts de l’Algérie dans l’accompagnement du festival en ces termes : « l’Algérie a fait beaucoup plus que 80.000 dollars pour la présente édition du FESPCO. Et je crois qu’ils ont compris que le désir du Burkina est de faire du FESPACO, un festival de l’ensemble des nations africaines ». Le ministre a par ailleurs émis le souhait de voir d’avantage d’Etats africain s’associer au Burkina Faso pour coorganiser ce festival.

Cette cérémonie de remise de prix a aussi connu la participation de Christiane TAUBIRA, ancienne ministre de la Justice de la République française. « Moi j’ai des rapports très particuliers avec le Burkina Faso. Dans les années 90 parce que je me sentais incapable de venir dans une terre des Hommes intègres après l’assassinat de Thomas Sankara. Le FESPACO est un festival que je regardais avec beaucoup d’affection et de curiosité. Pour moi, c’est le panafricanisme en acte », a-t-elle déclaré.



oci3.jpg

février 27, 2019by oscar

En marge du cinquantenaire de la biennale du cinéma africain, l’Organisation pour la Coopération Islamique (OCI) a décerné un prix spécial dénommé « prix de l’OCI pour la paix et le vivre ensemble ». La cérémonie de remise du prix est intervenue ce mardi 26 février 2019 à Ouagadougou.

« Le plus souvent,  les gens associent l’islamisme aux actes de barbarie alors que ce n’est pas le cas. Et la meilleure manière de communiquer, c’est par la culture », a déclaré Mehla Ahmed TELEBINA, la directrice du département culture, des affaires sociales et de la famille de l’OCI.

Pour mener à bien sa mission, l’OCI a décidé de décerner un prix spécial dénommé « prix de l’OCI pour la paix et le vivre ensemble ». L’instauration de ce prix vise à appuyer la culture et soutenir en même temps les réalisateurs qui se distinguent par la qualité de leurs films dans le volet paix, cohésion sociale, le vivre ensemble, la bonne gouvernance, le développement durable, la lutte contre l’immigration et la promotion de l’égalité des sexes.

Pour cette première, le choix du jury s’est porté sur le film documentaire « La terre qui m’a vu naître » du réalisateur burkinabè Barthelemy Bazié. Les critères qui ont guidé cette sélection sont, entre autres, l’originalité, la pertinence de la thématique, le contenu et la qualité. Pour le premier lauréat du prix, c’est « naturellement » un sentiment de joie. « Je suis animé d’émotion, je suis très content et je remercie l’OCI pour ce prix », a dit Barthelemy Bazié.

Le film primé aborde l’immigration. Le réalisateur retrace le chemin suivi par un jeune migrant. Les différents pays traversés et les obstacles vécus ont été mis en exergue. Notons également que cette cérémonie a connu la présence de la première dame du Burkina, des ministres burkinabè des affaires étrangères et de la culture et celui de la culture du Rwanda.


yacouba-aminata.jpg

février 27, 2019by oscar

Le nouveau-né de Yacouba TRAORE est « Alimata SALEMBERE/OUEDRAOGO: itinéraire d’une femme debout », un roman rédigé dans un style cinématographique. La dédicace du livre est intervenue ce mardi 26 février 2019 à Ouagadougou.

« Je suis un peu ému. Ce qui arrive ce soir, c’est l’un des moments les plus émouvants de ma carrière », a lancé Yacouba Traoré, journaliste écrivain. Auteur du livre « Alimata Salambéré Ouédraogo : itinéraire d’une femme debout » et président du comité national d’organisation du cinquantenaire du FESPACO, Yacouba Traoré a dans sa bibliographie cinq livres.

Dans son dernier né, l’auteur livre par un style cinématographique avec” des zoom, des travelings et des panoramiques”, un regard sur le parcours d’une grande dame. « Il y a un an que j’ai commencé ce livre. Je me suis demandé qu’est-ce que je peux apporter comme contribution à la réussite du FESPACO. Je voulais faire le portrait de la présidente du comité d’organisation du premier FESPACO. Mais j’ai découvert plus que ça. J’ai découvert une femme extraordinaire » a expliqué Yacouba TRAORE.

Le présent écrit décrit le parcours de l’un des pionniers du FESPACO. De par son parcours au Burkina et à l’international, Alimata Salambéré a su conquérir les cœurs, ce qu’il lui a valu la reconnaissance d’une « figure emblématique » du journalisme au Burkina Faso. Alimata SALEMBERE/OUEDRAOGO a été ministre de la culture, présentatrice à la télévision nationale du Burkina. Elle a été la première Présidente du comité d’organisation du FESPACO.

L’ancienne secrétaire générale du FESPACO félicite l’auteur du livre pour la qualité du travail. « Je suis très content de voir que je suis un modèle pour la jeunesse et particulièrement la jeunesse féminine. Pour moi, ce sont des sentiments de reconnaissance envers Yacouba », a déclaré Alimata SALEMBERE/OUEDRAOGO.

Patron de cette cérémonie de dédicace, le ministre de la communication n’a pas hésité à dire du bien de l’auteur et ancien Directeur Général de la RTB. « J’ai vu derrière la personne de Yacouba, une personne souriante, charmante et un être qui était passionné. J’ai eu l’occasion de lire le livre en entièreté hier et je n’ai pas dormi » a déclaré le ministre de la communication, Remis Fulgance DANDJINOU.


Mica.jpg

février 25, 2019by oscar

La 19 ème édition du Marché International du Cinéma Africain (MICA) a ouvert ses portes ce dimanche
24 février 2019. La cérémonie d’ouverture a été faite par le ministre du commerce, Arouna KABORE suivie de la Conférence inaugurale.

Créé en 1983, le Marché International du Cinéma Africain et de la Télévision (MICA) est devenu un rendez-vous incontournable.
A l’occasion du cinquantenaire de la biennale du cinéma africain, le ministère du commerce a respecté la tradition. La tenue dudit marché vise à offrir un cadre propice pour la promotion des œuvres des professionnels du cinéma et de l’audiovisuel.

Né de la volonté des professionnels, pour cette 19 ème édition du marché du cinéma africain, le MICA a un caractère particulier, comme l’explique le ministre du commerce Harouna KABORE: « la présente édition du MICA revêt un caractère particulier en ce sens qu’il a lieu pendant un FESPACO qui célèbre ses cinquante ans d’existence avec pour thème, confronter notre mémoire et forger l’avenir d’un cinéma panafricain dans son essence, son économie et sa diversité ».

Pour le ministre Harouna KABORE, le thème induit le fait que le futur se prépare dans le présent en se basant sur le passé. Il a par ailleurs salué le leadership du MICA à travers l’Afrique.

L’organisation d’un tel marché n’est certes pas une tâche aisée car les défis à relever sont nombreux. Mais le MICA est pleinement conscient et s’engage à satisfaire au mieux les attentes des festivaliers », a déclaré la Directrice du MICA Suzanne KOUROUMA.
L’objectif visé par le Marché est de donner à chaque festivalier, l’occasion de faire de bonnes affaires. Une visite des stands avec le Ministre du  Commerce,  accompagné du Ministre Camerounais de la Culture , le Ministre de la Culture du Burkina, a également ponctué cette cérémonie de lancement.




FESPACO

01 BP 2505 Ouagadougou 01
Burkina Faso

+226 25 30 83 70 / 71

info@fespaco.bf